Industries de sécurité

La filière industrielle de sécurité recouvre l’ensemble des acteurs du développement des produits et services de sécurité. Elle répond à un double enjeu : la protection des entreprises, des citoyens et de la résilience de la Nation ; le dynamisme économique de la filière.


Types d’activité

  • Produits et solutions de sécurité physique 
  • Produits électroniques et numériques de sécurité
  • Produits et solutions de cyber sécurité

Chiffres-clés

Télécharger la version texte de l'infographie "Chiffres clés Industries de Sécurité"

Dates clés

  • 22 novembre 2018 : labellisation du CSF.
  • A venir : Signature du contrat de filière.

La filière Industrie de sécurité

La filière industrielle de sécurité émane de la nécessité de protéger l’État, les entreprises et les citoyens des actions malveillantes et de leurs effets. A cette fin, elle met en place des dispositifs ou systèmes assurant des fonctions telles que l’observation, l’analyse, la détection, le contrôle d’accès, la protection, l’alerte, l’intervention, la communication, dans les champs physiques et/ou logiques (sécurisation du numérique).            

Grands enjeux de la filière

La sécurité est une filière d’excellence et l’une des plus performantes à l’export. Elle compte des grands groupes, leaders mondiaux, des PME innovantes et exportatrices (80% du chiffre d’affaires des PME est réalisé à l’export) et des laboratoires de recherche de premier plan. Malgré ces indicateurs positifs, la filière fait face à plusieurs enjeux capitaux pour son développement.

Tout d’abord, la filière de sécurité a cette particularité de voir converger des enjeux économiques et des enjeux de souveraineté. En effet, au potentiel économique très conséquent que représente la filière, notamment à l’export, s’ajoute une exigence de protection de la souveraineté. Pour faire face à la transformation numérique de la société et de l’économie, la protection des outils numériques et des données doit pouvoir être assurée par des offres françaises et européennes de confiance.

Dans le contexte de l’émergence de l’internet des objets (IoT), ces deux considérations se vérifient d’autant plus. En effet, le grand nombre d’objets connectés représentent autant d’opportunités économiques, mais ils sont un risque supplémentaire pour la sécurité car ils augmentent la surface potentielle d’attaques. Un des projets structurants du CSF se concentre donc sur la cybersécurité et la sécurité de l’IoT.

Les autres projets témoignent de la même façon d’une forte valeur ajoutée à court et moyen termes. Ils portent sur la sécurité des grands événements et notamment des JOP 2024, ces-derniers feront office de vitrine à l’international des solutions françaises ; les territoires de confiance ou safe cities, dont le but est d’assurer la sécurité des villes intelligentes connectées à venir ; et le numérique de confiance, dans le cadre duquel les industriels développent une offre cloud de confiance. Développer des identités numériques alternatives à celles des grands acteurs d’Internet est un enjeu majeur pour la filière, car elle est un instrument de pouvoir économique à travers la maitrise des usages et des données.

Par ailleurs, un des enjeux majeurs est de se positionner en leader sur les ruptures et leurs applications de sécurité : intelligence artificielle, big data, blockchain, sur les approches conceptuelles qui peuvent conduire à de nouveaux systèmes et écosystèmes garantissant la « security and ethic by design » et aussi sur les matériels et composants micro-électroniques de confiance requis.

Le manque de compétences et de main d’œuvre qualifiée représente un autre défi pour la filière, qui semble encore manquer d’attractivité, alors que paradoxalement, de nombreuses entreprises recrutent. Ainsi, la formation est un des sujets clés à traiter. D’ailleurs, de nombreuses ruptures, dont beaucoup sont portées par le numérique, vont avoir un impact majeur sur les métiers de la sécurité, changeront leur nature à long terme, et modifieront profondément le marché.

Exemples de projets structurants qui auront vocation à être portés par le contrat de filière

Projet structurant « Sécurité des grands événement et des JO Paris 2024 »

Ce projet vise à assurer la sécurité des JO Paris 2024 en s’appuyant sur l’offre technologique et industrielle française, en la valorisant et en mettant l’innovation au cœur de la réponse. La filière se mobilise pour proposer une solution d’ensemble fédérant les grands acteurs et les PME et engager une démarche structurée avec l’ensemble des utilisateurs publics et privés.

L’architecture présentera un socle fonctionnel incorporant les technologies de pointe les plus robustes, complété par des options innovantes détectées et préparées par des actions de sourcing et de développement flash compte tenu du calendrier exigeant.

Projet structurant Numérique de confiance

L’axe majeur pour ce projet en 2019 est de structurer l’offre française de Cloud de confiance qui permet aux entreprises d’assurer la sécurité de leurs données sensibles.

Il s’agit d’établir le catalogue de services attendus IaaS, PaaS et SaaS, de préciser les critères de confiance, et d’identifier et d’organiser les solutions technologiques de la filière qui y répondent. Ce volet sera accompagné d’actions de sensibilisation et de communication qui lui permettront de rencontrer efficacement le marché.

Le comité de fillière

Marc Darmon, Président du CSF

Contacts :

L'info en continu

Aucun résultat trouvé