S’engager dans un programme de recherche paneuropéen via un PPP

14/04/2021

Structurants pour la recherche et l’innovation en Europe, les 49 partenariats public-privé du programme Horizon Europe visent à fédérer et mobiliser dans la durée les communautés d’un même domaine pour répondre à des enjeux technologiques majeurs et assurer la compétitivité des filières concernées.

Dans le sillage de ce qui avait été mis en place lors du précédent programme Horizon 2020 avec les entreprises communes (joint technology initiatives appelés JTIs) ou les contractual public-private partnerships (cPPP), le lancement du programme-cadre Horizon Europe en 2021 verra se pérenniser la logique de portefeuille de partenariats.

Les partenariats dits « institutionnels » ou « co-programmés » sont des instruments jugés particulièrement adaptés et efficaces pour la structuration de filières industrielles à l’échelle européenne : outre leur pouvoir normatif fort, ils permettent de soutenir des actions sectorielles de recherche et d’innovation à forte valeur ajoutée en mobilisant des compétences transnationales, et participent ainsi à la démonstration et validation de technologies émergentes. Les partenariats ont permis de fédérer des écosystèmes industriels européens aujourd’hui connus pour le leadership international.

Dans le contexte actuel de crise sanitaire, ces partenariats doivent aussi être considérés comme de puissants instruments de relance : en effet, ils ont un rôle-clé à jouer pour soutenir l’innovation dans les secteurs particulièrement fragilisés par la crise, alors que les capacités d’autofinancement des industriels sont fortement réduites, mettant en péril des savoir-faire et des compétences clés souvent difficilement acquis sur plusieurs décennies. Ajoutée à cela l’ambition affichée par la Commission en matière de transition énergétique, il apparaît d’autant plus crucial de garantir la compétitivité de l’industrie européenne via une feuille de route technologique et des investissements massifs en R&D.

Zoom sur un nouveau partenariat dans le champ des transports : Zero Emission Waterborne Transport (ZEWT)

L’objectif de ce partenariat est, dans la lignée des engagements européens en matière de neutralité carbone à horizon 2050, d’accélérer la transformation des transports maritimes et fluviaux dans le but de réduire l’empreinte carbone du secteur. Cette transformation s’appuiera sur plusieurs objectifs tels que l’utilisation de carburants alternatifs, l’installation d’infrastructures portuaires adéquates ou encore la réduction de la pollution maritime, y compris sonore. Les démonstrateurs devront concerner la plupart des navires (ferries, cargos, bateaux de croisières, bateaux fluviaux, etc.).

Des représentants industriels français, Chantiers de l’Atlantique et Naval Group, sont déjà particulièrement impliqués dans la concrétisation de l’initiative, sa gouvernance et évidemment la mise en œuvre des objectifs. Du côté de la recherche académique et des utilisateurs, l’IRT Jules Verne, le CEA-Liten et CMA-CGM viennent de rejoindre l’initiative grâce à la participation au GTN transport (groupe thématique national, évoqué dans cet article : Horizon Europe consacre près de 100 Mds€ à la recherche et l’innovation).  

Premier partenariat dédié au transport par voie d’eau,  ZEWT bénéficiera d’un budget de 605 M€ sur 7 ans, dont près de 210 M€ répartis sur les deux premières années. 16 appels à projets seront lancés sur la période 2021-2022, la première deadline étant prévue pour l’automne 2021.

Ce partenariat s’inscrit pleinement dans la logique de portefeuille voulue par la Commission européenne dans la mesure où des MoU sont en cours de rédaction avec les quatre partenariats Clean Hydrogen, Batteries, Made in Europe et Blue Economy afin d’assurer des synergies entre les actions de recherche et d’innovation.

Edited on 14/04/2021

Partager