Conseil national de l'hydrogène

La France s’est engagée à réduire de 81 % ses émissions de CO2 d’ici 2050 par rapport à 2015. La décarbonation de l’industrie est un levier majeur pour atteindre cet objectif national de décarbonation.

Consciente de cet enjeu, la France a lancé en septembre dernier une stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné, à laquelle 7 milliards d’euros d’investissements sont consacrés d’ici 2030. Cette stratégie poursuit trois objectifs :

  • la décarbonation de l’industrie
  • le développement des mobilités lourdes à l’hydrogène
  • le soutien à l’innovation, la recherche, et le développement des compétences.

En effet, l’hydrogène décarboné est une des solutions pour décarboner l’industrie et les transports. L’hydrogène est produit à partir d’énergies fossiles (charbon, gaz naturel, pétrole). Si ses procédés de fabrication génèrent habituellement des émissions de gaz à effet de serre, l’hydrogène décarboné provient d’un procédé d’électrolyse de l’eau, émettant ainsi peu de CO2.

Pour assurer la bonne mise en œuvre de cette stratégie, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée en charge de l’Industrie, ont annoncé le 11 janvier 2021 l’installation du Conseil national de l’hydrogène (CNH) au sein du Conseil national de l’industrie.

Cette instance a pour rôle de structurer les échanges entre l’État et les parties prenantes de la stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné. En se réunissant de manière régulière, les membres suivent étroitement l’exécution de la stratégie nationale. Le CNH contribue ainsi au développement d’une filière française compétitive de l’hydrogène décarboné.

Le CNH, co-présidé par Patrick Koller et Benoit Potier, regroupe les représentants des différentes parties prenantes :

  • Entreprises industrielles productrices d’énergie
  • Fédérations, organisations et associations professionnelles représentatives (France Industrie, France Hydrogène, Syntec Ingénierie)
  • Filières de l’énergie et des mobilités (Chimie et matériaux, Industries pour la Construction, Mines et métallurgie, Aéronautique, Industriels de la Mer, Automobile et Ferroviaire)
  • Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA)

La première réunion du Conseil national de l’hydrogène s’est tenue le 25 février 2021  et a permis de faire un premier bilan de la mise en œuvre de la stratégie (voir le communiqué de presse et le discours de Bruno Le Maire).