Industriels de la Mer

La filière des Industriels de la mer regroupe 4 composantes : l’industrie navale, les industries et services nautiques, les énergies marines renouvelables (EMR) et l’offshore. Elle représente 125 000 emplois directs en France et réalise environ 45 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

La France possède le deuxième domaine maritime le plus étendu au monde - 10,2 millions de km2 grâce à ses territoires d’outre-mer - juste derrière celui des États-Unis, et se positionne ainsi comme une puissance maritime.

C’est la mer et ses spécificités propres qui rassemblent les quatre composantes des Industriels de la mer, puisque cette filière est la seule à concevoir et à construire des objets de travail et de vie, des lieux d’habitation ou de loisirs, que sont les navires et les plateformes. Commun à l’ensemble du secteur industriel, ce savoir-faire utilise un large panel de technologies, souvent de pointe, et repose sur des problématiques partagées (corrosion, mouvement de plateformes, agression des paquets de mer, systèmes embarqués, propulsion…).

La construction navale civile réalise aujourd’hui 95% de son chiffre d’affaires à l’export, tandis que c’est 90% pour l’offshore et 80% pour les énergies marines renouvelables. En outre, la part de la France dans le commerce international de plaisance représente 15%. Ces données démontrent la capacité des Industriels de la mer, grands donneurs d’ordre comme ETI et PME, à prospérer dans un marché ultra-compétitif. En parallèle, le poids économique dominant des activités industrielles de la filière dans les villes du littoral français en fait l’un des moteurs principaux de leur développement.

Types d’activité

  • L’industrie navale - représentée par le Groupement des Industries de Construction et Activités Navales (GICAN)
  • L’offshore et les énergies marines renouvelables – représentés par EVOLEN et le Syndicat des Energies Renouvelables (SER)
  • Les industries et services nautiques – représentés par la Fédération des Industries Nautiques (FIN)

Grands enjeux de la filière

Décarboner les activités maritimes, portuaires et industrielles 

Avec l’adoption de la loi climat de 2021, l’Union européenne a entériné un objectif de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 55% en 2030 comparé à 1990 (de façon à atteindre la neutralité carbone en 2050). Pour le secteur des transports en particulier, l'objectif est une réduction de 90%.

La filière des Industriels de la mer sera fortement concernée par cet effort, que ce soit au niveau de la réduction des émissions du transport maritime, de la promotion des énergies marines renouvelables (et de leur participation dans la production d’hydrogène) et de processus de production plus sobres. S’agissant du transport maritime, une feuille de route de décarbonation est en cours de construction au niveau français et s’appuiera sur diverses initiatives de la filière, notamment le projet d’Institut MEET2050.

Anticiper les besoins en compétences et en volumes d’emploi

La filière des Industries de la mer est confrontée à des difficultés de recrutement et à un manque de compétences devenu structurel sur certains métiers clés (ouvriers, techniciens). Rien que pour la construction navale, les dernières estimations font état d’un besoin de recrutement de 70 000 personnes d’ici 10 ans, dont 22 000 créations d’emplois nettes. Cette situation est le résultat du manque d’attractivité des métiers industriels de la mer et d’une offre de formation initiale trop peu adaptée aux besoins des industriels.

Accélérer la transition numérique de la filière 

De l’intégration des technologies numériques dans l’ensemble des entreprises, quelle que soit leur taille, dépendra fortement la compétitivité de la filière. Sur toute la chaîne de valeur, des outils de conception (jumeau numérique) jusqu’aux systèmes de production (robotique, cobotique), il est devenu crucial de permettre la montée en compétences des Industriels de la mer.

Initiatives phares

Soutenir et structurer l’innovation maritime : le CORIMER

Depuis 2018, le Conseil d’Orientation pour la Recherche et l’Innovation des Industriels de la mer (CORIMER) sert de lieu de co-construction entre les industriels et les services de l’Etat pour définir, orienter et soutenir la recherche, le développement et l’innovation dans la filière.

Chaque année, le CORIMER publie un appel à manifestation d’intérêt (AMI) basé sur des feuilles de route technologiques élaborées par les industriels. Agissant  comme une porte d’entrée unique pour les porteurs de projet de la filière, lamission du CORIMER est ensuite de les diriger vers le dispositif de soutien public qui leur convient, en particulier ceux de France 2030. Ce plan d’investissement inclut en effet plusieurs dispositifs pertinents pour la filière, de nature dirigée (hydrogène, éolien en mer, grands fonds marins, cybersécurité…) ou plus transverse (i-Démo).

Plus d’informations sur la composition et le fonctionnement du CORIMER, ainsi que sur les projets soutenus ici.

Répondre aux difficultés de recrutement : le CINav

Pour faire face aux difficultés de recrutement rencontrées par le secteur maritime et ancrer dans les territoires une main d’œuvre nationale qualifiée, une démarche collective public/privé a abouti à la création du Campus des Industries Navales (CINav) en 2018.

En tant que collectif maritime, le CINav articule ses missions autour de trois axes majeurs :

  • L’attractivité et la promotion de la filière et de ses métiers afin de susciter des vocations
  • La conduite des travaux d’ingénierie de formation en apportant une coloration maritime aux formations existantes adaptant les dispositifs de formations aux besoins en compétences des industriels.
  • La préparation de l’avenir en pilotant une Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences de filière

Plusieurs initiatives sont à remarquer parmi lesquelles la labellisation des parcours de formation sur les 28 métiers en tension identifiés à ce jour, la participation active de l’engagement d’augmenter de 3% le taux de femmes dans l’ensemble de la filière à l’horizon 2024 ou encore la mise en place d’un Engagement de développement de l’emploi et des compétences (EDEC).

Plus d’informations sur les actions du CINav et leur déclinaison régionale ici.

Stimuler la croissance des PME et ETI du secteur

Pour accélérer la croissance des PME et ETI du secteur des Industriels de la Mer, les accompagner dans leur structuration et les faire changer d’échelle, le programme Accélérateur Industriels de la Mer a été mis en place.

Financé par le gouvernement dans le cadre de France 2030, opéré par Bpifrance et adressé aux dirigeants, ce programme vise plusieurs objectifs : faire gagner les entreprises participantes en compétitivité grâce au digital et à l’industrie du futur, les aider à saisir les opportunités de développement à l’international, les inviter à (ré) interroger leur stratégie, faire grandir leurs talents et les aider à trouver de nouveaux partenaires tout en nouant des relations pérennes avec leurs clients et fournisseurs.

Pour les 30 entreprises retenues, le programme prendra la forme d’un parcours sur-mesure et intensif de 18 mois incluant du conseil sur mesure, des séminaires de formation collective et des journées de rencontres filières pour développer des relations d’affaires durables avec leurs pairs.

Plus d’informations et candidatures ici.

Dates clés

Le comité de filière

Président : Hervé Guillou

Contacts

  • Délégué permament du CSF / Bernard Clément : b.clement[ @ ]evolen.org
  • DGE / Emma Thibaud : emma.thibaud[ @ ]finances.gouv.fr