Avis du CNI sur la politique européenne de l’énergie et du climat

Le Conseil national de l’industrie attend du Conseil européen des 23 et 24 octobre 2014 des orientations du « Paquet énergie-climat » qui soient facteur de développement économique pour l’industrie européenne. Il appelle de ses vœux la mise en œuvre d’une politique de l’énergie mieux coordonnée et concertée entre les Etats membres et qui prenne à bras le corps les enjeux de soutenabilité, de sécurité, de compétitivité et de croissance. Il recommande qu’une part significative du plan d’investissements de 300 MD€ pour l’Europe soit consacrée aux investissements liés à la politique énergétique.

danieldefotograaf - ThinkstockL’Union européenne contribue largement plus que son poids économique à la lutte contre le changement climatique : en 2012, elle avait réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 18% depuis 1990 alors que dans le même temps les émissions mondiales avaient augmenté de 50%. Elle concourrait ainsi à 11% des émissions mondiales seulement, contre 16% pour les Etats-Unis et 24% pour la Chine. En 2030, elle ne devrait plus en représenter que 4%.

Le Conseil national de l’industrie s’associe pleinement à cet objectif de lutte contre le changement climatique. Il souligne la nécessité d’une déclinaison opérationnelle qui  ne pénalise pas nos entreprises aux prises avec des concurrents issus de pays tiers soumis à de moindres contraintes et qui ait recours sans discrimination aux types d’énergies les plus efficientes au regard de l’objectif de réduction des gaz à effet de serre.

La transition énergétique est une opportunité porteuse de croissance et d’emplois pour le renforcement des capacités industrielles européennes. C’est cette opportunité qui doit guider les orientations des politiques européennes de l’énergie et du climat, afin de répondre à trois enjeux :

  • porter   de nouveaux   modèles   de   croissance   et   d’emploi.   L’Europe dispose d’entreprises performantes de rang mondial dans les énergies conventionnelles, les énergies nouvelles et les services à l’énergie. Cet atout est à préserver, tout en accélérant le développement de filières d’excellence dans les énergies renouvelables et bas carbone, la ville durable et les réseaux intelligents, l'efficacité énergétique. Toutes les politiques européennes ont un rôle à jouer pour soutenir le développement d’une offre européenne enrichie afin de répondre aux nouveaux marchés suscités par la  transition  énergétique  et consolider un tissu d’entreprises robustes porteuses de création d’emplois durables.
  • adopter un « Paquet énergie-climat » facteur de développement économique pour l’industrie européenne et conditionner expressément l’engagement européen à un accord international visant à garantir que les principaux émetteurs mondiaux réduisent leurs émissions sur des bases comparables à l’Europe.
  • renforcer la sécurité et la compétitivité des approvisionnements, approfondir la dimension extérieure de la politique européenne de sécurisation des approvisionnements énergétiques, intégrer davantage le marché européen et préserver la compétitivité des entreprises intensives en énergie, en électricité et en gaz, par des dispositifs adaptés.

 

Mots clés
Edited on 03/05/2019

Partager