Signature du contrat stratégique de la filière nucléaire

28/01/2019

Larrayadieu Eric/Interlinks Image
Le ministre de la Transition écologique et solidaire, le ministre de l’Economie et des Finances, et le président du Comité stratégique de la filière nucléaire (CSFN), ont signé ce 28 janvier 2019 le contrat stratégique de la filière nucléaire.

La filière nucléaire regroupe 2 600 entreprises dont plus de 50% ont une activité à l’export et totalise aujourd’hui 220 000 emplois directs et indirects. Elle constitue ainsi la troisième filière industrielle française. Les ministres se réjouissent de la signature du contrat stratégique qui va permettre de décliner de façon concrète les orientations définies par la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) en matière d’énergie nucléaire et de garantir à la filière la visibilité dont elle a besoin pour préserver le savoir-faire national et maintenir les compétences dans la filière.

Conformément à l’orientation donnée aux filières industrielles par le Conseil national de l’industrie (CNI), la filière nucléaire française a élaboré un plan d’action concret portant sur un nombre limité de projets structurants à forts enjeux, et propose à l’Etat, sous la forme d’un contrat de filière, un ensemble d’engagements réciproques visant à accompagner leur réalisation.

Ce plan d’action est structuré autour de quatre axes :

Axe 1 : Emploi, compétences et formation

Il s’agit pour la filière de garantir les compétences et l’expertise nécessaires pour une filière nucléaire attractive, sûre et compétitive. Le maintien et le renouvellement des compétences de la filière constituent en effet une condition essentielle de sa pérennité, de sa capacité à exploiter l’outil industriel dans de bonnes conditions (notamment de sûreté), de sa capacité d’innovation et de développement futur.

Axe 2 : Transformation numérique de la filière nucléaire

L’objectif poursuivi est de structurer, grâce au numérique, la supply chain et la démarche d’innovation au sein de la filière.

Axe 3 : R&D et transformation écologique de la filière nucléaire

Deux enjeux structurants fondent cet axe :

  • Promouvoir une économie circulaire au sein de la filière particulièrement dans le domaine du cycle combustible et du recyclage des métaux de très faible activité.
  • Définir les réacteurs et outils du futur, en visant plus particulièrement à accélérer l’initiative « Usine Nucléaire du Futur » lancée par EDF, le CEA et Framatome et à développer un modèle de SMR (small modular reactor) de technologie française.

Axe 4 : L’international

Il est fondamental que la filière se dote d’une stratégie globale dans ce domaine qui portera notamment sur l’amélioration de son positionnement vis-à-vis du marché et des organisations internationales et la mise en place d’un portefeuille d’offres qui répond aux besoins du marché international dans les prochaines années.

En complément des axes de travail retenus ci-dessus, et afin d’accompagner les petites et moyennes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire (PME-ETI) pour mettre en œuvre les transformations nécessaires dans les années à venir, la filière nucléaire décide de lancer en 2019, la démarche « Accélérateur de PME » de Bpifrance.

Avec comme ambition de mener de manière cohérente les actions du contrat de la filière nucléaire et lui permettre de conserver dans l’avenir ses savoirs faire, les principaux industriels de la filière ont décidé, le 14 juin 2018, de créer le Groupement des industriels français de l’énergie nucléaire (GIFEN). L’objectif est également de parler d’une seule voix pour développer, ensemble, des actions visant à représenter l’ensemble des industriels de la filière (y compris le démantèlement des centrales).

Liens et téléchargements

télécharger
Le communiqué de presse

(PDF, 288.12 Ko)

télécharger
Le dossier de presse

(PDF, 825.8 Ko)

Mots clés
Edited on 15/05/2019

Partager

Sur le même sujet