Les CSF : remettre les filières au cœur de la politique industrielle française

  

L’objectif est d’instaurer, via ces instances, un dialogue concret, performant et régulier entre l’Etat, les entreprises et les représentants des salariés sur tous les sujets-clés qui permettront la reconquête industrielle française, et ce, filière par filière.

19 CSF sont actuellement labellisés au sein du Conseil National de l’Industrie. Chaque CSF se définit par un périmètre clair, une présidence portée par un industriel représentatif du secteur, une volonté des industriels du secteur de se coordonner et de se structurer, et enfin une définition commune des problèmes liée à une acceptation partagée du moyen pour les résoudre. Ce mode de résolution est aujourd’hui commun aux filières : il s’agit du contrat de filière.

Ces contrats visent à structurer de manière concrète l’action des CSF. Ils recensent des projets structurants pour la filière qui engagent de manière réciproque  l’Etat et les acteurs privés.  Ces projets  se développent autour de 5 axes prioritaires :

  • transition numérique et digitalisation de la filière,
  • développement de projets de recherche et d’innovation,
  • promotion de de l’emploi, de la formation et des compétences pour la filière,
  • conquête de nouveaux marchés à l’international,
  • accompagnement des PME de la filière.

Les CSF actuellement installés sont les suivants : Aéronautique, Industries agro-alimentaires, Automobile, Bois, Chimie et Matériaux, Eau, Ferroviaire, Industries pour la construction, Industries électroniques, Industriels de la mer, Industries des nouveaux systèmes énergétiques, Industries et Technologies de santé, Industries de sécurité, Infrastructures du Numérique, Mines et métallurgie, Mode et Luxe, Nucléaire, Solutions Industrie du Futur et Transformation et valorisation des déchets.

Les avenants des CSF

Afin d’intégrer les nouveaux enjeux soulevés par la crise à leur plan d’actions, le Premier ministre avait appelé les filières à élaborer des avenants à leurs contrats de filière, lors de la réunion du comité exécutif du CNI le 14 septembre 2020. Ces avenants prévoient des projets autour de 4 axes liés à la relance :

  • La transition écologique, en définissant notamment des objectifs de développement d’offres et technologies vertes, et de décarbonation des sites, procédés, produits industriels et de leurs usages ;
  • La compétitivité et la souveraineté, en identifiant des projets structurants en matière de souveraineté industrielle et technologique, de partenariats industriels européens, en les appuyant notamment sur les dispositifs de France Relance et des stratégies d’accélération du PIA4 ;
  • La cohésion, en matière d’emploi et compétences : formation professionnelle, et apprentissage, reconversion et insertion professionnelle, notamment des plus jeunes, mixité femmes/hommes etc.
  • Les relations entre donneurs d’ordre et sous-traitants, au sein de la filière et entre filières, par exemple par le biais de charte d’engagement et avec l’appui de la médiation des entreprises.

Structuration et animation des CSF : co-construire l’industrie de demain

Chaque CSF est présidé par un industriel représentatif du secteur nommé par le Comité Exécutif du CNI sur proposition des représentants des industriels de la filière. Chacune des trois partie-prenantes du CNI (Etat, industriels, syndicats) est représentée dans les CSF par un panel de membres issus de ses rang auxquels peuvent s’ajouter des personnalités expertes dans un domaine en lien avec la filière.

Plus opérationnellement, chaque CSF est doté d’une gouvernance resserrée autour d’un bureau composé d’une dizaine de membres et qui se réunit sur une base régulière tout au long de l’année pour suivre l’avancée des projets structurants de la filière. Le CSF se réunit en mode plénier a minima une fois par an.

L’animation du CSF est assurée opérationnellement par un délégué permanent qui assure le secrétariat du CSF en collaboration avec les ministères concernés. Enfin chaque projet structurant se voit attribuer un ou plusieurs référents issus du CSF. Ils suivent l’avancement du projet et peuvent être amenés à en rendre compte lors des réunions du bureau du CSF.

Télécharger la version texte du trombinoscope des présidents de CSF

Mis à jour le 06/09/2021

Partager